Plus de la moitié des infrastructures françaises basculeront dans le cloud d’ici un an

Plus de la moitié des infrastructures françaises basculeront dans le cloud d’ici un an

La France, pays européen où les entreprises pensent mettre le plus d’applications dans le cloud : 52%

 

Paris, 13 novembre 2017 – Une enquête réalisée par Coleman Parkes en septembre 2017 révèle que plus de la moitié des infrastructures informatiques françaises (52%) basculeront dans le cloud d’ici un an, selon Interoute, fournisseur de réseau et de Cloud mondial, commanditaire de l’étude.

Cette étude intitulée « Transforming Success in a Changing World », a été menée en ligne auprès de 820 décideurs informatiques européens : directeurs des systèmes d’information, responsables informatiques, directeurs techniques, directeurs de la technologie, responsables du numérique,  directeurs de la sécurité informatique et responsables de la sécurité des systèmes d’information travaillant pour des sociétés réalisant entre 200 millions et 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

L’adoption du cloud explose en France, les entreprises se lançant dans une transformation digitale leur permettant de gagner en agilité, en flexibilité et en rapidité.

En France, la motivation première pour la transformation digitale est le désir de donner une dimension internationale à son infrastructure (46%), puis l’envie d’innover pour maintenir sa compétitivité (44%), le besoin d’adopter une infrastructure hybride pour faire coexister les anciennes et les nouvelles technologies (41%), à égalité avec l’amélioration des processus pour réduire les coûts (41%).

Cette enquête révèle également que 38% des entreprises françaises cherchent à externaliser la gestion de leur infrastructure. Plus de la moitié (53%) souhaitent qu’elle leur permette de bénéficier des avantages classiques des applications cloud. 47% veulent profiter d’une plateforme cloud permettant de connecter les applications anciennes et nouvelles et pouvoir facilement mettre des services et applications dans le cloud. 43% déclarent vouloir placer les applications non critiques dans le cloud et 42% souhaitent que leur infrastructure leur permette d’être en conformité avec le RGPD.

Au moment de choisir leur cloud, les entreprises étudient plusieurs facteurs. En France, 96% des sondés accordent de l’importance à la proximité géographique entre le lieu d’hébergement des applications et l’utilisateur (la moyenne européenne est de 89%). Le même pourcentage (96%) trouve qu’il est important que le cloud soit parfaitement intégré au réseau. 68% désirent bénéficier de plateformes informatiques permettant une mise à l’échelle automatique et la sécurisation de leur architecture. L’évolution continue des processus vient ensuite parmi les crières de choix (57%), suivi par la fabrique de programmes (46%), l’architecture à deux vitesses (32%) et l’objectif du zéro arrêt (30%).

Pour les entreprises françaises, les deux plus grands défis de la transformation digitale sont l’intégration des technologies héritées avec les applications cloud (57%) et l’agilité de leur structure organisationelle (57%). Les freins sont le manque de compétences disponibles pour mener les projets (52%), l’instabilité géopolitique (51%), le budget (46%) et le manque de consensus au niveau de la direction (38%).

Bruno Boucq, Directeur Général France d’Interoute, commente. « Les entreprises françaises ont compris que leur agilité reposait sur leurs choix d’infrastructure télécom et informatique. Nous mettons tout en œuvre pour proposer une infrastructure la plus ouverte possible pour permettre des changements rapides, pour s’adapter à chaque imprévu. Nous intégrons les anciennes applications aux nouvelles, nous nous interconnectons avec la plupart des grands fournisseurs de cloud et d’hébergement, le tout avec notre réseau dont nous sommes propriétaires et dont nous maîtrisons la performance, la fiabilité et les coûts. »

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.interoute.fr   

Suivez-nous sur twitter : https://twitter.com/Interoute_fr

 

Déclarations prévisionnelles

Cette communication contient des déclarations prévisionnelles. Une déclaration prévisionnelle est une déclaration qui ne repose sur aucun événement ou fait historique et peut être identifiée par l’utilisation de mots tels que « selon certaines estimations », « vise »,  « anticipe », « suppose », « croit », « devrait », « estime », « pense que », « projette », « d’un point de vue », « intentions »,  « peut », « planifie », « potentiel », « pourrait », « prédit », « prévisions », « projette », « selon nos connaissances », « sera », « serait » ou dans leurs formes négatives et dans des expressions similaires, qui laissent entendre une prévision. Ceci s’applique, en particulier, aux déclarations relatives à de futurs chiffres d’affaires, plans, ou des attentes concernant l’activité et le management, une croissance ou un profit à venir, et des conditions économiques et réglementaires générales ou d’autres conditions relatives à Interoute.

Ces prévisions reflètent la vision des personnes d’Interoute sur les événements futurs, basée sur les hypothèses de la direction, et impliquent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs qui pourraient avoir un impact sur les résultats, la performance, les réalisations d’Interoute prévus ici. Cette occurrence ou non occurrence d’hypothèses pourraient faire que les conditions financières actuelles et le résultat des opérations soient différents, ou rejoignent les prévisions.

L’activité d’Interoute est exposée à un certain nombre de risques et incertitudes qui pourraient aussi occasionner un état différent que celui estimé ou prédit dans ce communiqué. L’information contenue dans ce communiqué, les opinions ou les suppositions émises, ne sont valables qu’à la date d’émission du communiqué et sont sujettes à modification sans information supplémentaire. Interoute n’a aucune obligation de revoir, de mettre à jour, de confirmer ou d’annoncer publiquement quelque révision ou prévision que ce soit pour refléter la réalité ou les circonstances en lien avec cette communication.

 

# # #

Contacts presse :                                                                                                                     

Agence de Relations Presse :

Patrick Becker/ Ghislaine Lory

B Consulting

+33 1 46 21 82 03 - glory@b-consulting.com